Un contrat comme un autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un contrat comme un autre

Message par Mosin Explosefer le Lun 31 Aoû - 11:39



Like a Star @ heaven Narration d'un événement s'étant produit il y a plusieurs mois entre Ikarea et Mosin Like a Star @ heaven



Il devait être quatre heure de l'après midi, mais le froid hivernal qui sévissait s'était abattu sur les contreforts des monts d'Alterac, et les nuages qui stagnaient au dessus de sa tête n’annonçaient rien de bon.

Mosin retira son œil de la lunette de précision, et inspecta son arme pour vérifier que le gel n'en avait pas bloqué le mécanisme.
Faisant jouer la culasse d'avant en arrière, il fût satisfait par le son produit, et réalisant le mouvement inverse, il reprit sa position initiale.

Il s'était installé avant l'aube dans les ruines d'une vieille tour dominant la route menant du Moulin de Tarren à Strahnbrande.
Étant resté allongé depuis lors, dissimulé par une simple couverture de lin, même le Nain endurci qu'il était commençait à subir les affres de son exposition au froid.

Ses membres s'engourdissaient, et ses sens devenaient moins aigus, sa combinaison de cuir n'aidant que peu à le réchauffer.
N'y tenant plus, il humecta son index, qu'il laissa flotter dans le vent.

Ca souffle du sud, pensa-il, et, légitimé par cette remarque, il sortit de sa cartouchière une courte pipe de bronze, qu'il bourra d'un mélange d'herbes séchées.
Ceci fait, il remis la tête sous la couverture, profitant de l'abri créé pour allumer un rustique et récalcitrant briquet à pétrole.

Tant pis, se dit-il, je peux bien sacrifier cette précaution la, à quoi bon m'en passer si c'est pour geler sur place?
Il avait jusque la été réticent à s'accorder le plaisir revigorant d'une pipe de Feuillargent, mais au fil des heures, il en était venu à acquérir la certitude que l'objet de ses attentions ne se montrerait pas aujourd'hui, et pas ici.

Il resta néanmoins en place, l’œil guettant plusieurs centaines de mètres plus loin à travers la lunette, tandis que d'une main il tirait de grosses bouffées sur sa pipe.
"Foutue Louise, et ses foutus contrats...C'est pas la précision qui l'étouffe celle la..."



Tout à sa surveillance, son esprit dériva peu à peu, jusqu’à se remémorer les circonstances qui l'avaient mené jusqu'ici.
Cela avait commencé il y a maintenant deux jours, par une missive frappée d'une marque que Mosin connaissait bien, celle de la louve écarlate.

Il avait ouvert la lettre, un sourire au coin des lèvres, et s'était enquis du contenu. Elle exigeait de lui qu'il se rende sans tarder à Sombre comté pour une rencontre, ce qu'il fit avec la plus grande célérité, non sans se munir de son paquetage.
La bas, la louve l'attendait dans une taverne miteuse, tapie dans coin de la pièce.

Peu versée dans les salutations, elle aborda sans détour le motif d'une telle convocation.

- "J'ai un contrat à vous confier, vous êtes toujours disponible?

Peu surpris d'un telle entrée en matière, Mosin prit un ton impassible.

- Toujours, vous connaissez mes tarifs. Quels sont les détails?

- Cette missive vous expliquera tout, je tenais à vous la remettre en main propre. Par ailleurs, et vous feriez mieux de me croire, si notre arrangement venait à s'ébruiter...je vous garantirais des souffrances que peu de mortels eurent à endurer...

Trouvant la remarque insultante, il ne releva cependant pas l'affront et poursuivît.

- Cela va sans dire. Vous n'avez pas eue à vous plaindre de moi jusque la, et cela continuera ainsi.

Après avoir adressée un regard noir au Nain, la louve quitta la taverne sans un mot de plus, et Mosin ouvrit la missive avec curiosité, tout en buvant sa bière.

A la lecture des détails, il eut un mouvement de recul.
La cible avait quittée Hurlevent la veille, et il était à une demi journée de monture rien que pour rejoindre la ville.
Vu la somme en jeu, il n'y avait pas à hésiter, jetant quelques pièces sur la table, il fonça jusqu’à l'écurie, et chevaucha son Ours, une journée et une nuit d'affilée.

Arrivé au delà du viaduc de Thandol, il dut s'accorder à lui et son destrier un peu de repos, toutefois fort bref. Il repartît dans la nuit, et c'est donc au matin qu'il se retrouva au pied de cette sinistre ruine, prêt à accomplir sa macabre besogne.



Sa pipe était entièrement consumée, et cette vision le sortit de ses pensées.
Il la frappa doucement contre la poutre sur laquelle il était allongé pour en retirer la cendre, et la rangea dans son étui.

Il se sentait maintenant ravivé, et essuya la buée qui s'était formée sur sa lunette, tout en reprenant sa position de tir.

Un infime mouvement de surprise s'empara de lui alors qu'il scrutait la route en contrebas.
Se détachant faiblement au loin dans le crépuscule maintenant naissant, trois silhouettes avaient entamées l’ascension, et se dirigeaient vers lui d'un pas régulier.

Son rythme cardiaque s’accéléra et une chaleur bienvenue s'empara de lui.
Tout en gardant le groupe en visé, il déploya son automate-gnome assistant de tir. Celui-ci, à son activation, déploya deux courtes sondes, et après quelques instants, émit un court billet de papier résumant les paramètres de tir.

Effectuant sur sa lunette et sa visée les modification nécessaires, il se força à attendre de voir distinctement les visages des silhouettes avant d'ouvrir le feu.
On lui avait annoncé uniquement la présence de sa cible et d'un garde du corps, et la vue d'un troisième individu sema le doute dans son esprit.

Une fois passé le couvert des arbres, la faible lumière restante suffit pour éclairer les visages des voyageurs. Les atours et équipement de deux d'entre eux ne laissaient aucun doute sur leur identité, arborant les couleurs de la maison Waterac.
La troisième quand à elle semblait être une femme du commun, probablement une servante, et il s'en désintéressa.

Aussitôt les identités confirmées, il sortit en un éclair de sa veille, et pressa la gachette.
Le percuteur s'abattît, et dans un vacarme assourdissant, une ogive en thorium forgée fusa en direction de la garde du corps, seule combattante du groupe.
Le crane de l'humaine implosa en une gerbe écarlate grotesque, et son corps fut projeté plusieurs pas en arrière.

Faisant jouer la culasse de son arme pour charger la munition suivante, il déplaça son viseur sur sa cible principale sans laisser à celle-ci le temps de la fuite.
Figée un instant par la surprise et le choc d'un telle situation, Mosin put lire l'effroi sur son visage, et saisissant la faveur de l'instant, il pressa à nouveau la détente.

Une déflagration rompit à nouveau le silence, et frappa dame Ikarea Waterac en plein torse, la projetant au sol sous l'effet du choc.

Sans prendre le temps de doubler son tir, et rassuré par l'absence de râle d'agonie, il laissa à la servante le soin de donner l'alerte, à la tombée de la nuit, dans une région aux mains des réprouvés, tandis qu'il disparaissait à la faveur des ombres.

Retrouvant son Ours, qu'il avait laissé non loin, il l'enfourcha avant d'emprunter les sentiers escarpés d'Allterac, et n’eut dès lors nulle autre sensation que celle du travail bien fait.
avatar
Mosin Explosefer

Messages : 2
Date d'inscription : 23/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum